• Chanteurs écolomagiques

    Bonjour les co-enchanteurs, 

    Les artistes sont par nature des êtres hyper-sensibles et la protection de l'environnement est un thème récurrent dans les albums de chansons pour enfants. Faut-il encore les connaitre, car malheureusement ce n'est pas à la télévision que vous verrez une pub pour leurs albums ! Mais bon, vous connaissez mon opinion sur la télé (que je ne regarde pas depuis 5 ans): ce n'est pas dans cette boite noire que vous trouverez les bonnes infos et le bonheur !

    Je tenais donc absolument à vous présenter mes 2 auteurs-chanteurs-compositeurs préférés, 2 personnes écolomagiques qui valent la peine d'être connues :

    -  Tom Nardone (et les sales gones)

    Tom est un ancien instit' qui a décidé de tout plaquer pour suivre sa passion de la musique. Et il a bien fait ! Car il a enchanté demillions d'enfants lors de ces nombreux spectacles. Il est venu par 2 fois travailler avec les élèves de mon école et à chaque fois qu'il arrive, il est acclamé comme une rock star! Ce mec là, il a une belle âme et le coeur sur la main... et ça les enfants le voient tout de suite! 


     Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

    Ecolo-Sapiens, c’est un terme que vous ne trouverez pas dans le dictionnaire (pas encore), pourtant c’était bien l’ambition première de Tom Nardone et de son groupe les « Sales Gones », il y a quelques années, que de l’utiliser comme un nom commun. (hé oui ils sont un peu rêveurs ces grands garçons)…

     « Ecolo-tendance » dans l’âme depuis longtemps, ils ont décidé de faire en sorte que chacun d’entre nous le devienne, le temps d’un spectacle, en chantant des chansons convaincantes, sur des thèmes autour du développement durable. Des chansons qui parlent de l’eau, de réchauffement climatique, mais aussi de nos « sales manies », des aliments qui voyagent, de l’éducation des filles…

    Mais ne croyez pas que vous allez vous ennuyer, d’abord les textes sont très bien écrits et poétiques, sur des mélodies délicieusement « accrocheuses », mais ils sont aussi teintés d’humour…Les musiques, elles, visitent des styles très variés, très métissés et souvent très rythmés, qui donnent envie de bouger…car c’est un peu la marque de fabrique du groupe, une énergie communicative qui vous pousse à les suivre et à surfer sur une vague verte, qui peut être un peu grâce à eux, deviendra un jour, une déferlante (dans le bon sens du terme).
    Et puis il se passe quelque chose de plus dans ce spectacle…Avec leurs messages simples, directs ou poétiques, les chansons comme « Faut recycler », « Sales manies », Gare au toc », « Voyageur », ou encore les magnifiques « Sema » et « La chanson du marin », ont un pouvoir, celui d’envoûter. Source : Tomnardone.fr

    -  Jacques Mayoud 

      

    Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

    Il fit partie d’une des premières moutures acoustiques de la Bamboche, les Jeu à monter sans colle et Quitte Paris (c’était dès 1976). On l’a retrouvé furtivement en fin de parcours de Mélusine, avec les compères Guilcher, Baly et Dutertre. Il accompagna souvent Steve Waring, notamment sur La baleine bleue… On ne parle plus de folk depuis longtemps, si ce n’est pour cataloguer le moindre chanteur à guitare, mais de musiques traditionnelles, de trad’, de musiques du monde aussi… Mayoud en est, qui poursuit son bonhomme de chemin, qu’il pave de jolies galettes offertes à ce monde. On devrait remettre celle-ci à tous les enfants, pour dire ce que peut être la musique, l’art de versifier des mots simples, des mots justes, sensés. Bien sûr que je pense à ce titre, Le discours d’une enfant, qu’il eut fallu étudier lors de la Présidentielle, s’il n’était si incongru. Pensez, il parle de partage et d’écologie :« Maintenant, ça suffit ! Que vos actes de vos mots / Soient le juste reflet / Ou vous serez un jour / Par des enfants jugés / Pour non-assistance / A planète en danger. » Pour Mayoud, Mon jardin, c’est le monde. D’un bout à l’autre de la planète d’ailleurs, tant que ce disque est double : jardin de nuit pour jardin de Chine, jardin de jour pour jardin d’ici. « Mon jardin c’est le monde / La musique est ma maison / Suis créole à ma façon / Alors voici chanson qui dit comme ça. » La thématique est large qui va des essences à la faune qui vit dans et sur ces arbres, des rivières au ciel, des pêches de vigne au Temps des cerises, de cet arbre planté dans un tableau de Van Gogh… En plus de tout ce qui pousse, Mayoud cultive l’amitié et l’intelligence, fruits rares en ces temps de disette, de crise, de sourdes peurs. Sa main verte, il l’a tend aux autres, garnies qu’elle est de notes par nature universelles : il est « musiculteur » qui sait les graines et les boutures, qui réunit les essences, qu’elles viennent d’Afrique, des Amériques ou d’Europe. Et de Chine. Bain de cultures qui unie Claude Roy, Li Po, Victor Hugo, Wang Wei, Georges Brassens, Gilles Vigneault, Jean-Baptiste Clément, Severn Suzuki et Li Yu aux mots et aux musiques de Mayoux, sonorités prélevées ici et là, paroles de bon sens, forcément d’avenir, de celles qu’on a encore plus envie de semer dans les potagers, vergers et pépinières du monde, de tout le monde. Source www.nosenchanteurs.eu

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :